La flore Polynésienne

La végétation tahitienne

 

 

La flore tahitienne comprend plus de 2000 espèces de plantes. Parmi ces plantes, environ 550 sont des plantes indigènes, c'est-à-dire non introduites par l'homme. Les 1500 autres espèces sont, quant à elles, d'origine exotique et proviennent de tous les continents, introduites à Tahiti par l'homme à différentes époques.

En effet, dès l'époque des migrations polynésiennes, plus de 1000 ans auparavant, une centaine de plantes avaient déjà été introduites. Il s'agissait essentiellement de plantes alimentaires comme l'arbre à pain – 'Uru (Artocarpus altilis), le châtaignier d'Océanie – Mape (Inocarpus fagifer), le pomme-Cythère – Vi tahiti (Spondias cytherea), le bananier – Mei'a (Musa x paradisiaca), le Taro (Colocasia esculenta), la patate douce – 'Umara (Ipomoea batatas) … mais également d'autres espèces utilitaires, médicinales ou ornementales telles le Tiare Tahiti (Gardenia tahitensis), l'hibiscus rouge – 'Aute (Hibiscus rosa-sinensis), le bancoulier – Ti'a'iri (Aleurites moluccana), la cordyline – 'Auti (Cordyline fruticosa)…

Plus tard, après l'arrivée des Européens, des centaines d'autres espèces alimentaires, utilitaires ou ornementales ont été introduites. Parmi les premiers, peuvent être cités l'oranger (Citrus x sinensis), le manguier (Mangifera indica), le goyavier (Psidium guajava) et bien d'autres. Aujourd'hui, ce sont essentiellement les plantes ornementales qui gonflent les chiffres de la flore exotique tahitienne, tant les gens sont friands de nouveautés dans leurs jardins. Il faut par ailleurs noter que parmi ces espèces, plus de 220 sont naturalisées et peuvent aujourd'hui se retrouver dans le milieu naturel et occasionner des dégradations. C'est le cas pour les plantes envahissantes, autrement appelées plantes nuisibles à la biodiversité, qui se développent aux dépens de la flore locale et la remplacent progressivement. Les plus connues sont le Miconia (Miconia calvescens), le Tulipier du Gabon (Spathodea campanulata) ou encore le Lantana (Lantana camara).

Une autre caractéristique de la flore tahitienne, et celle d'autres îles du Pacifique, est la présence d'un grand nombre d'espèces endémiques. Ainsi, Tahiti comprend, sur les 550 espèces indigènes, 87 endémiques insulaires, c'est-à-dire 87 plantes trouvées dans le monde uniquement sur l'île de Tahiti.

 

A Tahiti, les randonneurs auront l'occasion de fréquenter plusieurs formations végétales. Il s'agira essentiellement de la végétation des vallées et de celle des crêtes d'altitude.

 

La végétation des vallées est en grande partie arborescente avec un sous-bois relativement diversifié de fougères et plantes à fleurs. Parmi les arbres, se trouvent l'omniprésent Hibiscus – Purau (Hibiscus tiliaceus), le banian – 'Ora ( Ficus prolixa), le Mara (Neonauclea forsteri) ou encore le 'Apape (Rhus taitensis). Les arbustes sont nombreux comme le Toro'ea (Cyclophyllum barbatum), le Puruhi (Pisonia tahitensis), le Nono (Morinda citrifolia), le 'Avaro (Premna serratifolia), le Manono (Tarenna sambucina), le Mahame (Glochidion manono), le 'O'ovao (Wikstroemia coriacea)… Parmi les fougères sont trouvées le grand Nahe (Angiopteris evecta) et le très commun 'U'u (Bolbitis lonchophora). Enfin, les herbacées communes comprennent le 'Opuhi (Geanthus cevuga), le Re'a tahiti (Curcuma longa), le Re'a moeruru (Zingiber zerumbet) ou le 'Ofe'ofe (Centosteca lappacea).

 

Sur les crêtes, la végétation est moins haute et plus difficilement pénétrable. En effet, elle se compose essentiellement d'arbustes ou petits arbres entourés de fougères très denses. Les principaux arbres et arbustes sont le Puarata (Metrosideros collina), le 'Aito mou'a (Weinmannia parviflora), le Atahe (Alstonia costata), le Pua (Fagraea berteroana), le houx polynésien - Mairai (Ilex anomala) et bien d'autres espèces endémiques plus ou moins communes. La strate herbacée se résume souvent à un couvert de la fougère Anuhe (Dicranopteris linearis) ou d'autres espèces de fougères indigènes.

 

Liens utiles:

http://www.herbier-tahiti.pf/